Le monde au bout des doigts

24 Oct
24 octobre 2010

A l’heure où l’iPhone triomphe, Sony annonce la fin du Walkman après trente ans de bons et loyaux services… Et Gemalto, leader mondial des cartes à puce (et fleuron de l’industrie française), révèle un projet révolutionnaire, auquel j’ai eu la chance de collaborer dans sa phase de développement, et que je voudrais partager ici avec vous.

Il s’agit du projet eGo, qui pourrait bien annoncer une nouvelle ère dans nos modes de vie et de mobilité.

Ego est un Sésame universel !

Le principe d’eGo est simple : utiliser la conductivité du corps humain pour connecter un identifiant miniature et porté au contact de la peau, à n’importe quel objet compatible par un simple contact du bout des doigts.

Un simple contact de la souris transforme un ordinateur compatible eGo en « mon » ordinateur

Cet identifiant, doté comme les puces de Gemalto d’une batterie et d’une mémoire, pourrait être une montre, un bijou ou un porte-clé et il y en aura probablement pour tous les goûts. Car la simplicité du mécanisme d’eGo ouvre le champ à une diversité d’applications possibles dont la seule limite semble être celle de notre imagination. C’est d’ailleurs sur ce dernier volet qu’Act One a participé, avec le formidable Business Innovation Garage (le BIG !) de Marc Géméto, à ouvrir très grand le champ des possibles.

Et voici quelques unes des applications envisagées à l’époque, et qui sont aujourd’hui publiées sur le site officiel :

  • S’approprier instantanément un appareil électronique en location ou en libre service (ordinateur portable, téléphone mobile, etc.) : interface, fichiers , répertoires, etc.
  • Sécuriser les armes à feu, qui ne pourront fonctionner que si la personne qui les tient est celle qui les possède. Un policier par exemple…
  • Afficher en touchant un produit dans un magasin des informations personnalisées : réductions réservées aux clients fidèles, présence d’allergènes, etc. Et l’acheter !
  • Ouvrir la porte de son appartement ou de son bureau, adapter les réglages de sa voiture ou de son autolib’, retrouver son enfant perdu dans une galerie commerciale…

La liste est longue et celle publiée sur le site d’eGo n’en est qu’un court extrait !

Une nouvelle génération d’outils mobiles

Aussi eGo pourrait bien être à l’iSystem d’Apple ce que celui-ci fut au baladeur de Sony : la génération suivante. Il améliore en effet les quatre qualités essentielles des outils de mobilité, à savoir l’ergonomie, la personnalisation, l’universalité et la protection des données privées.

Commençons par le plus simple, qui est l’ergonomie. L’eGo ne fait rien de plus qu’une carte à puce survitaminée couplée avec un bon lecteur. Mais en s’affranchissant de toute contrainte gestuelle pour l’utilisateur, il propose une évolution qui est en fait une révolution dans nos usages en matière d’identification et de partage de données. Et ouvre le champ des applications aux enfants, aux seniors… Voire même aux animaux ! Le collier eGo du chat pourrait en effet aussi ouvrir la chatière d’un simple contact du bout du museau… ;)

eGo est le garant de nos données privées

La personnalisation se mesure par nos émotions ou nos réactions lorsqu’il s’agit de nous séparer de l’objet en question. Nous avions du mal à prêter notre Walkman pendant plus de 5 minutes. Il est douloureux (et rare) de nous séparer de nos téléphones mobiles, dont nous avons soigneusement choisi le logo et la sonnerie, quand ce n’est pas la couleur et la forme de la coque. Et il sera tout simplement impensable de donner son eGo, qui sera personnalisé par un objet identitaire (bijou, lunettes, montre, etc.), à qui que ce soit. Il sera d’ailleurs fortement protégé à l’activation et instantanément désactivé en cas de perte de contact avec la peau du propriétaire.

L’universalité aura vu les baladeurs passer de la musique (Walkman) ou du carnet d’adresses (Palm) à l’intégration de la navigation internet, de la téléphonie et du jeu (iPhone). Or eGo permet de couvrir la quasi-totalité des champs d’interaction homme-objet et une bonne partie des interactions humaines. Comme échanger des numéros de téléphone en se serrant la main… ou des romans d’amour en s’embrassant ! :)

Enfin et surtout, la protection. Dans un environnement de plus en plus inquiétant par son emprise sur nos données privées, eGo redonne l’avantage à l’individu sur les entreprises et les gouvernements car chacun aura la maîtrise de ses informations et de ce qu’il souhaite partager ou non. Le contact peut en effet être différencié selon les usages et validé par biométrie (empreinte digitale) ou par une acceptation formelle (prononciation d’un mot de passe avec reconnaissance vocale).

L’intention de l’inventeur d’Ego

Ce retour du pouvoir à l’individu est d’ailleurs l’intention d’origine de son inventeur Alain Rhelimi, avec lequel nous en avons longuement discuté lors d’un dîner en marge du projet.

Vous n’y croyez pas ? Moi non plus ! Car notre imagination nous joue des tours, et semble toujours avoir un temps d’avance ou de retard sur notre réalité. Ce qui m’a le plus surpris dans l’annonce de Sony, ce n’est pas l’arrêt de la production du Walkman. C’est qu’il soit encore fabriqué. Je m’étais déjà fait cette remarque en apprenant la fin de la production des 2 chevaux de Citroën en 1990.

Inversement, les 46 étapes de l’accro à Twitter qui vont de « 1. Je me moque » à « 46. Je tweet » pourraient tout aussi bien être, en ce qui me concerne, les 32 étapes de l’accro au téléphone mobile (oui, j’ai juré un jour que je n’en aurai jamais…) ou les 123 étapes de l’accro à l’iPad (vous remarquez qu’il m’en faut de plus en plus…). Il existe une sorte de fatalité qui me fait rater à chaque fois l’importance (et l’imminence) d’une innovation qui va changer radicalement ma vie. Et je crois bien que je ne suis pas le seul, n’est-ce pas ? ;)

Peut-être notre imagination est-elle tellement accaparée par le présent qu’elle peine à la fois à observer le chemin parcouru et à anticiper l’avenir, bien que nous soyons sous perfusion d’idéologies régressives (la décroissance, le bio, la médecine naturelle, etc.) et de science-fiction débridée (cf. Dr Watson ou Dr House ?). Où bien, tout simplement, le monde est un vaste mystère soutenu par de vivants piliers, dont eGo nous permettra de traverser les forêts de symboles en les observant avec des regards familiers… avant de tendre la main pour les toucher du doigt !

Et vous, qu’aimeriez-vous faire d’eGo si vous en aviez un dès aujourd’hui et que voudriez-vous transformer ou personnaliser d’un simple contact ? ;)

Tags: , , ,
23 replies
  1. Tasnime says:

    eGo me semble tout droit sorti de films de science-fiction comme « Minority Report » ou les derniers « James Bond ». On y voit des technologies qui nous semblent bien futuristes et qui en fait ont été commercialisées à peine 10 ans plus tard (je pense notamment à Microsoft Surface qui permet la manipulation de contenus informatiques grâce à un écran tactile).

    eGo pourrait bien révolutionner notre mode de vie actuel si cette technologie est adoptée à l’échelle mondiale -ce qui, à mon avis, est une condition sine qua non pour qu’elle transforme durablement et véritablement nos vies… Quel défi ! Rendez-vous dans 10 ans donc ! :)

    Avec eGo, je n’aurai plus besoin de retenir tous mes mots de passe (et je passerai surtout moins de temps à essayer de les retrouver… ouf! Je sens que je vais faire partie des « early adopters » moi ^^). J’espère seulement que le système de protection des données sera moins obscur que celui de Facebook…

    Répondre
  2. Ghislaine says:

    C’est génial ! Le walkman qui devient téléphone ou carnet d’adresse, demain le collier de perle sera notre clé de voiture… J’aimerais bien savoir comment ça marche, on a tous un courant un peu différent ? C’est intéressant en tout cas de remettre de l’humain dans la technologie… Au sens propre cette fois :)!

    Répondre
  3. Frank says:

    Je suis sans voix… L’impression grisante de plonger tête la première dans un roman de science-fiction. Ce moment où on laisse une autre réalité se frayer un chemin en nous et modifier peu à peu le regard que l’on porte sur les choses et les gens. Grimper dans l’arbre des possibles, contempler la réalité en se disant « et si… »

    Il y a quelques années, je vivais dans un pays d’Afrique où les contacts entre jeunes de sexe opposé et non-mariés ne sont pas vus d’un bon œil par la tradition et la religion. En clair, pas question de traîner dans les bars et de draguer une fille autour d’un verre – il n’y avait pas de bar, d’ailleurs ! Dans ces conditions, comment récupérer le numéro d’une jolie inconnue ? Celle, célébrée par le poète Antoine Pol , « qu’on connaît à peine, qu’un destin différent entraîne et qu’on ne retrouve jamais ». Réponse : le Bluetooth, grâce auquel les jeunes échangeaient leurs numéros dans la rue sans même avoir à se parler ! eGo me semble la promesse d’une entrée en matière encore plus discrète, loin des yeux inquisiteurs…
    eGo, un vent de fraîcheur dans les méthodes de drague ? ;-)

    Clin d’œil : au moment où j’écris ce commentaire, mon boss vide frénétiquement un par un les tiroirs de son bureau à la recherche de son passeport égaré. Son taxi l’attend dans la rue mais peut-être son avion n’aura-t-il pas cette courtoisie. Et si… si seulement il avait son eGo sur lui… ;-)

    Répondre
  4. Marc says:

    Oui l’e-Go ouvre un monde magique et intuitif où l’individu reprend le contrôle de manière intuitive de tous les objets qui l’entourent dans un monde de plus en plus mobile et interconnecté . C’est un peu comme l’ultime vision de la carte à puce .
    N’oubliez pas de mentionner son inventeur , porteur du projet et évangéliste chez gemalto : Alain Rhelimi .

    Répondre
  5. Alain says:

    Merci Brice pour cette remarquable synthèse.

    La protection de la vie privée est essentielle dans le concept eGo, aussi des données qui permettraient de divulguer l’identité du porteur d’eGo ne seront jamais transmises sans le consentement explicite dudit porteur.

    Le cas d’usage qui consiste à transmettre son numéro de téléphone en serrant une main et cela sans contrôle sera traduit dans le monde d’eGo par la transmission d’un moyen qui permet de contacter le porteur d’eGo selon son souhait mais sans divulguer son identité ou des détails qui contribuerait à dévoiler ladite identité.

    eGo n’identifie pas mais authentifie/certifie les attributs (age, status familliale, sexe,…, propriétaire de l’auto X, de l’appartement Y) de son porteur tout en garantissant son anonymat.
    Aujourd’hui encore la plupart de nos attributs sont reliés à notre identité régalienne, aussi pour justifier sa capacité à conduire une automobile, le permis de conduire est relié à l’état civil du conducteur. Est-ce nécessaire ?
    Une autorité judiciaire n’a en fait aucunement besoin de connaître le nom du conducteur mais simplement que la personne qui conduit le véhicule en a le droit.

    L’employé d’une gare ferroviaire a-t-il besoin de connaître l’identité de la personne pour appliquer une réduction de prix pour un billet de train dédié aux familles nombreuses ?
    L’employé de ladite gare a simplement besoin d’avoir la preuve (certifié) que la personne demandeuse de la réduction de prix est légitime à l’obtention de celle-ci.

    L’employé d’une boite de nuit a-t-il besoin de connaître l’identité d’une personne désirant accéder à son établissement pour connaître son âge ?
    Ledit employé a simplement besoin de connaître que la personne à plus de 18 ans.

    Il y a des milliers d’exemple ou un système comme eGo permettrait d’accéder à des biens et des services dans l’anonymat.

    L’anonymat, ce n’est pas simplement remplacer son nom par un alias comme on peut souvent le faire au sein des réseaux communautaires mais c’est aussi et surtout de ne pas être « pistable » afin de ne laisser aucune prise à des systèmes permettant l’agrégation de données qui finalement révélerait votre profile.

    Dans le monde eGo, votre « alias » change à chaque transaction, vous êtes personne et donc protéger par votre anonymat et pourtant vous pouvez faire valoir votre droits partout.

    eGo utilise tout le corps et pas seulement les doigts, ainsi on peut ouvrir une porte avec son épaule ou son bras ce qui est bien pratique quand ces derniers sont chargés (ex. un enfant dans les bras)…

    Au passage eGo remet l’homme au centre du jeu d’où son nom (ego) qui veut dire « moi en latin » aussi il semblait amusant de le préciser : « What you touch is yours ! »

    Répondre
    • Jeanette says:

      Haha staty i marmor? For real? Haha tung gubbe!Jag är övertygad om att det kommer en bra värvning till och det blir antagligen Ganso.Skulle dock vilja se både Ganso och Hamsik. Sen är vi kompletta skulle jag vilja påstå.Abiatti, Abate, Mexes, Thiago, Taiwo, Prince, MVB, Hamsik, Ganso, Pato, Ibra.Amelia, Nesta, Zambrotta, Flamini, Seedor, Cassano, Roo83hbMmmmm&#i2n0; Milan.

      Répondre
  6. Ghislaine says:

    Le commentaire d’Alain fait rêver, et les applications de eGo paraissent infinies : pour s’assurer d’un recrutement sans discrimination, pour la protection des données personnelles… Et dans le secteur qui me passionne, la santé, cette innovation pourrait porter le dossier médical personnel, aider à la mise en place de la téléconsultation (consultation médicale par téléphone), et pour les personnes handicapées ou simplement ayant des problèmes de coordination, elle porte de nombreux espoirs. Bravo !

    Répondre
  7. Alain says:

    Merci Ghislaine. Je vous invite à visiter les « use cases » liés à la santé sur le site d’eGo (www.ego-project.eu).

    Hormis les usages d’eGo liés au dossier médical, eGo peut apporter des solutions efficaces à des problèmes bien pratiques dans les hôpitaux. Par exemple, l’hôpital est un milieu ouvert au public (les visiteurs) et à son personnel (infirmières, médecins,…) aussi il est très difficile de concilier ces deux populations tout en garantissant des lieux à accès restreints (ex : la pharmacie) sans freiner l’exécution des taches du personnel (ex : fermer les portes à clé ou badger avec une carte). eGo ne change rien au habitude du personnel pour eux les portes sont toujours ouvertes.

    Sur le site d’eGo, il y a une petite vidéo sur l’article d’un membre de l’équipe « Decawave », cela vous paraitra de la science fiction…pour les laboratoires de recherche c’est déjà de l’acquis. La technique est rarement un problème, le plus long est de la faire accepter par un marché !

    Répondre
  8. Michèle says:

    Mon cerveau cherche désespérément à relier entre elles les informations (intelligence en route) : Super, la recherche immédiate du passeport, mais un petit clignotant s’allume sur la poignée de main. Image de futurs dévoiements et kidnappings de personnalité (après Inception…). Ca repart sur l’ouverture des portes : Yes!! plus de coup d’épaule!! Mais tout d’un coup, « le parfum » de Susskind… Récupérer l’âme, ou l’essence de l’autre? Gla gla…

    Un caillou pour me percher au-dessus de l’océan : ce que je lis en ce moment (ben, oui, encore lui) « la révolution de l’amour » de Luc Ferry : comment la « déconstruction » et la course à l’innovation sont contrées par le « réenchantement »… d’une nouvelle manière de construire la famille!! Aaaah, on boucle le cercle ! mais il n’est plus rond, il est elliptique… Les relations internes ont changé : rien ne doit être contraint, on est ensemble parce qu’on s’aime, on ne se parle que si on le veut bien . Tiens, moi, je suis sur Facebook pour y retrouver quelqu’un que j’aime beaucoup et lui parler ! Et si je suis entendue par d’autres, super !

    NB : je n’ai aucune action ds les affaires de Luc Ferry, je le jure. D’ailleurs, je vous envoie un échantillon olfactif , vous pourrez vérifier (mais, mieux, en ce qui me concerne, croyez moi « sur parole »…)

    Répondre
    • Alain says:

      Michèle,

      Il n’a pas d’amour dans eGo mais simplement une combinaison de hautes technologies issues des techniques de l’ingénieur et beaucoup de mathématique. Aussi, il n’a pas plus d’opposition entre eGo et la construction de la famille qu’entre cette dernière et une poignée de porte…

      eGo est simplement votre représentant dans un monde digital et fait valoir vos droits dans ce dernier.

      On ne joue pas avec eGo comme nous pourrions le faire avec une console de jeu, on ne regarde pas eGo pendant des heures comme certains le font avec une télévision.

      Rares sont les personnes qui regardent leur carte de crédit pendant des heures ou jouent avec leur clé de voiture au point de plus converser avec les membres de leur famille.

      L’innovation a deux nombreux cotés positifs et globalement nous soulage de beaucoup de taches en nous laissant plus de liberté pour le plaisir.

      Personne ne se plaint des machines à laver et M. Luc Ferry sans l’innovation portée par M. Gutenberg serait un inconnu.

      eGo est un assistant docile et dédié, aussi fera-t-il ce que vous lui demandez. Aussi je vous invite à visiter les cas d’usage (use cases) illustrés sur le site officiel d’eGo.

      Répondre
  9. Alain says:

    eGo utilise des champs électriques pour initier une communication avec des objects.

    La vidéo qui suit, illustre la fluidité des interfaces basées sur le toucher.

    http://www.youtube.com/watch?v=ieolCZBvKPQ&feature=player_embedded#!

    Répondre
    • Brice says:

      Bonjour Alain,

      merci pour ce lien ! Désolé d’avoir un peu tardé à te répondre, j’étais en pleine « refonte » de mon site. Mais voilà qui est fait (j’espère que tu aimeras la nouvelle interface… On est encore loin d’eGo mais je me suis inspiré de toi pour faire plus simple ! ;D)

      Le Gesture Cube me fait aussi penser au Kinect et à toutes ces interfaces par mouvement de proximité, que nous voyions dans Minority Report sans trop y croire et qui sont aujourd’hui dans les rayons des magasins ! Pour toutes les fois où les rêves des auteurs de science-fiction se dérobent sous la réalité (pas d’odyssée de l’espace en 2001…), celui-ci semble bien ancré dans la réalité.

      J’en profite pour te féliciter pour le prix de l’innovation reçue la semaine dernière. Bien mérité, et nous sommes tous très fier ici d’avoir modestement contribué à cette formidable aventure. J’ai d’ailleurs quelques idées pour y contribuer encore un peu, je t’appellerai à la rentrée pour en parler. Très bonnes fêtes de fin d’année d’ici-là, je sens que 2011 sera un très bon cru !

      Répondre
  10. Regis says:

    Bonjour,

    Je ne jugerais pas de l’utilité ou non d’un tel objet car faisant un retour à la simplicité, je n’ai pas l’utilité et l’envie de l’avoir . Par contre, le coté technologie est impressionnant . Et le choix du nom me surprend :-)

    Répondre
  11. Alain says:

    Moore’s Law of Market Acceptance .

    Acceptation par le marché d’une technologie est un processus humain,
    impliquant de nombreux acteurs. La vitesse à laquelle une nouvelle technologie est acceptée et remplace une ancienne dépend comment elle est révolutionnaire, de la réactivité des acteurs qui la porte, du cycle de vie des marchés qui peuvent l’intégrer et des régulations qui peuvent l’accélérer.

    Il y a 50 ans, très peu disposaient d’un refrigerateur.

    Il y a 30 ans, les banquiers disaient : « Etes vous fous de vouloir mettre des distributeurs de billets dans la rue ? »

    Il y a 20 ans très peu avaient des téléphones portables. Certains disaient même qu’ils n’en voudraient pas.

    Il y a 10 ans très peu avaient des téléviseurs LCD/Plasma

    Il y a 5 ans très peu avaient des smart phones

    Bluetooth a pris plus d’une demi-décennie pour atteindre son niveau actuel de dissémination, L’interdiction d’utiliser son téléphone (loi) pendant la conduite de son automobile à considérablement accélérer l’ubiquité de cette technologie

    Le temps de renouvellement de la base installée des téléphones mobiles est suivant les régions entre 3 et 5 ans. Le cycle de vie des téléphones mobiles est entre 6 mois et un an. Le marché de la téléphonie mobile est donc un excellent vecteur de diffusion rapide pour la technologie.

    Ce qui est certain, le rythme de renouvellement s’accélère avec la vitesse de diffusion de l’information (via par exemple par internet, les réseaux sociaux).

    Les marchés et les acteurs bougent très vite. Il y a 5 ans quand nous parlions d’un téléphone, Nokia était évoqué aujourd’hui c’est Apple. Il y a 5 ans, Motorola était dans le top 5 des fabricants de téléphones et aujourd’hui il a presque disparu des étagères !

    Par ailleurs, il y a les « Early adopters » qui sont « technologie-vore » et ceux qui adoptent la technologie quand elle est disposée presque malgré eux ou qu’ils n’ont plus le choix (par exemple disparition des chéquiers pour des cartes bancaires en Belgique et ailleurs)

    Notre monde en 5 ans a incroyablement changé…aussi eGo a une chance ;-)

    Répondre
    • Brice says:

      Je me souviens lorsque je travaillais pour l’Oréal d’avoir été surpris de constater que le shampooing n’avait pas une pénétration de 100% sur les français ayant des cheveux mais de 95% environ (les autres utilisent du savon, de la lessive (!!!) ou rien du tout). La téléphonie mobile « plafonne » depuis quelques temps à 92%. J’imagine que toute innovation a ses « irréductibles » détracteurs, ou ses indifférents… Ce qui me rappelle qu’il faut toujours déplaire à 5% des gens, sinon c’est qu’on n’a rien fait !

      Je pense aussi que les technologies ne sont rien sans leurs applications. Ce sont elles qui conquièrent les marchés, comme le montrent récemment deux exemples aussi différents que l’aspirine (nouvelle indication en oncologie) ou l’App store d’Apple. Mais ce dernier point mérite un texte plus long que ce commentaire. Je m’en vais donc réfléchir à un article sur « Les applications innovantes : la face cachée de la R&D »… ;)

      Répondre
    • Olivier says:

      Bonjour,

      Je suis actuellement en première année du Master banque et affaires à Marseille et j’ai pour projet, avec mon équipe, d’étudier l’entreprise Gemalto et plus particulièrement l’eGo project. Je voulais donc savoir si il était possible de vous rencontrer et de convenir d’un entretien afin que nous puissions avoir de plus amples informations à ce sujet.

      Cordialement.

      Répondre
    • Hannah says:

      AlultAx-hoegh at times I dont agree with your response and actions I still feel drawn to pick you as my favorite. I always thought you were the voice of reason and this season it was a little harder to keep up with you. But your still awsome and dont go to Jills level(not that you do) its not worth it!

      Répondre
    • kfz versicherung online kündigen says:

      FUCK YOU WITH THIS COMMUNIST BULLSHIT COCKSUCKERS … Are you fuckin retarded? ure making money off this website don't think u idiots have nothing to give us .. atleast let us put what songs we like

      Répondre
    • schulden kreditkarte says:

      I LOVE the changes you’ve made in your blog. Wish I knew how to do this. I’m waiting on an updated look from EWebscapes. I’m with you, though, I like changing things around. Will have to figure out how to do it on my own, or will break the bank.Tired? Me too. Just blogged about that today, too.

      Répondre
    • guenstig kredit verbraucherzentrale zinsen says:

      Lupta nu se dă doar la vedere în stradă.Ieri am lămurit 3 pesediÈ™ti că este mai bine pentru ei aÈ™a. Nu spun argumentele dar m-am ghidat după vechiul dicton Divide ….Să demonstrăm ceea ce deja cunoaÈ™tem, suntem mai deÈ™tepÈ›i decât ei.

      Répondre
    • online kredit einfach says:

      I just want to mention I’m all new to blogging and site-building and really enjoyed this web blog. Very likely I’m likely to bookmark your Vision Without Glasses Review . You absolutely come with very good articles. Bless you for sharing your website page.VA:F [1.9.20_1166]please wait…(1 vote cast)VA:F [1.9.20_1166](from 0 votes)

      Répondre

Trackbacks & Pingbacks

  1. […] pouvons mentionner néanmoins, avec l’accord des équipes concernées, il y a le formidable eGo de Gemalto ou encore l’application Total Services qui est bien utile aux automobilistes […]

  2. […] y a quelques jours, un des lecteurs de la Pensée Multiple commentait un article sur le projet eGo en précisant : « Je ne jugerais pas de l’utilité ou non d’un tel objet car, […]

Leave a Reply

Want to join the discussion?
Feel free to contribute!

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *